Michel Aumont

Les clarinettes de Michel Aumont

Énergiques, tribales, joueuses…, les « clarinettes armorigènes » de Michel Aumont nous invitaient irrésistiblement au voyage. Avec cette efficace performance, il s’affirmait comme l’un des chantres d’une musique bretonne contemporaine chargée d’authenticité, d’échange et d’audace… La clarinette, qu’il n’avait pourtant jamais délaissée. Michel Aumont s’est éteint ce dimanche 31 mai. 


Michel Aumont résidait à Saint-Brieuc. Après des études classiques au conservatoire de Caen, il a su cultiver le plaisir de jongler avec les notes, qu’il sait faire rebondir là où personne ne les attend.
Un départ en transe dans les gavottes, un virage en pleine improvisation, et nous voilà dans la musique contemporaine, avec toujours l’amour de la clarinette comme dénominateur commun. Son travail acoustique sur la clarinette et les nouvelles technologies mettaient en mouvement des langages originaux, des traditions vivantes, réinventées, imaginaires. 

De nombreuses collaborations


Michel Aumont a commencé avec le groupe de musique BF15, avec lequel il a animé des dizaines de festoù-noz. 

Dans les années 80 il crée le Quintet clarinettes qui mettra en contrepoint la musique traditionnelle bretonne avec les musiques contemporaines et improvisées. Il enregistre avec cette formation deux CD : Musique têtue et Bazh du. De nombreuses tournées et créations suivront, notamment avec Louis Sclavis et Sylvain Kassap

Il fait de la clarinette basse son instrument de prédilection avec lequel il côtoiera de nombreux artistes de la musique, du théâtre, de la danse et des arts plastiques : Daniel Paboeuf (saxophoniste), Dominique A, Jérôme Thomas (jongleur), Markus Schmid (danseur mime), Jean-Claude Charbonnel (peintre)…

Jusqu’en 2016 où il rassemble autour de sa musique un groupe de 14 clarinettistes basse la “confrérie des clars graves”

Michel Aumont crééra enfin le Grand orchestre armorigène.

Dans son dernier solo, Le temps du rêve”le clarinettiste avait introduit des écritures contempo­raines, réinventé une “grammaire” qu’il qualifiait de “poétic’, magic; mathématic‘”.
 

 
Michel Aumont solO Paimpol

 

De 1984 à 2019, 35 ans de carrière ont conduit Michel Aumont ans de nombreux pays, se produira dans de nombreux festivals, de Glomel à Oulanbator en Mongolie, en passant par une Tournée en Tchéquie,
une tournée du spectacle “Courir” en  Avignon (2015)…

La Bretagne et les sonneurs bretons ont beaucoup marqué son écriture musicale : “les sonneurs Bretons l’ont nourri et lui ont permis d’explorer son instrument d’une autre manière. Comme un créateur, il a apporté sa vision des choses.
 

J’étais très fier de travailler avec ce monsieur –  Frédéric Le Floch, son tourneur.


Il fait partie de ces musiciens qui ont marqué la musique, qui ont posé une signature dans l’univers breton, comme Jacques Pellen décédé récemment. “C’’était un visionnaire, explique Frédéric Le Floch, qui avait une vraie singularité, une personne qui marque“.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/cotes-d-armor/saint-brieuc/clarinettiste-briochin-michel-aumont-est-decede-1835796.html